Pauline de Miss Cloudy n’est plus accordé comme du papier à musique.

Pauline de Miss Cloudy est tout d’abord une artiste musicale, pendant 18 ans, elle vécut intensément avec son violon. Elle passa par le conservatoire, une maîtrise en violon puis elle souhaita se spécialiser en musique afro-américaine, jazz. C’est ainsi qu’elle se retrouva à Montréal pour finir sa maîtrise en musicologie. En parallèle, elle trouva une job chez Effendi Records, une production de jazz québecois. De retour en France à la fin de sa maîtrise, elle s'est vu offrir un poste permanent par Effendi Records qui la ramena à Montréal. Elle fût en charge de trouver de nouveaux talents, de les coacher, de les aider à monter leur site internet, gérer leurs réseaux sociaux en devenant stratège web grâce à un DESS gestion d’organisme culturel management spécialisation web.

Mais l’idée de rester devant un ordinateur est impossible pour elle, c’est donc en parallèle, qu’elle commence l’histoire de Miss Cloudy qui débute par… et non ! Pas par le pliage de papier mais un blogue de cuisine ! Une amie photographe, lui propose de faire des visuels délirants dont un pour une recette avec des bagels.

De là, elle commence à travailler plusieurs matières, grâce à des amis qui lui proposent toutes sortes de projets comme faire des modèles en papier coulé en béton, des macramés, … Elle décide aussi, suite à la demande de son entourage, de donner des ateliers.

 À 30 ans, elle ne sait plus sur quoi se concentrer, vers quoi tout ça l’emmène ! Elle doit faire le point, elle rentre un mois et demi en France avec le livre de Paul Jackson, Folding techniques for designers from sheet to form. C’est ce « cahier de vacances » offert par un ami qui l’orientera vers la maîtrise du pliage en papier. Mais le jour où tout à réellement changer, c’est lorsqu’une amie lui a demandé de réaliser une murale de 10 pieds/10 pieds pour son mariage ! Elle pliait en gros, pour la première fois !

   

Deux mois après, elle travaille pour Veuve Cliquot pour un photoboot d’une murale de 16 pieds/8 sur un thème carnaval, un fond plié en origami avec leur logo et un feuillage tropical.


Les opportunités s’enchaînent début 2017 avec un projet de Four seasons au Musée des beaux arts de Montréal avec la même murale que pour le mariage de son amie.

Au musée de Québec, à l’exposition « L’origami sous tous ces plis » où elle se retrouve au milieu d’origamistes venus du monde entier, la curatrice de l’événement a qualifié son travail « D’art contemporain de l’origami ».

Elle croise régulièrement une agent d’artiste de Folio Agence qui lui propose de faire trois spots de 30 secondes pour Keurig où elle a eu la chance de travailler avec Dale de See Creatures, réalisateur du long métrage tout en papier du Petit Prince. Elle en apprend beaucoup sur le montage vidéo et se qui là lance dans plusieurs présentations plus design.

Le projet avec Carrefour Laval lui donnera le plaisir de voir ses créations sur affiche dans quatre stations de métro !

Pauline trouve son inspiration auprès de sa maman qui crée pleins de choses à partir de rien, auprès d’artiste comme Irving Harper, designer industriel américain avec son livre Irving Harper : works in paper ; Simon Duhamel qui est quelque part entre la photographie et l’illustration ou bien Karim Charlebois-Zarrifa développeur de concepts créatifs. Après avoir moi-même jeté un coup d’œil à ce que font ces artistes, je dis « wouaa » !

Quelque chose que lui a dit Indra de la boutique Au papier Japonais dans le quartier du Mile end lui a dit un jour : « Il faut que tu écoutes le papier, car le papier a une ligne, il faut suivre cette ligne et faire attention à la position du papier qui est très importante. » Pauline l’a bien compris et appliqué lors de pliage de grande pièce.

Pauline voit le pont entre la musique et le pliage de papier par la rigueur que lui a demandé ses longues années d’apprentissage au violon et la précision qu’il faut pour le pliage du papier.

Les projets à venir : En octobre prochain, le Art Gang, boutique et galerie d’artistes changera pour le nom de Auss Gang. Pauline a son atelier dans le même bâtiment. Au Pop-up de lancement de cette nouvelle ouverture, elle créera un monde en papier avec des costumes en papier qu’elle a réalisé pour Melika dez, photographe de mouvement de danse. 

Du côté des ateliers, en plus de l’atelier de confection de lampes en papier, elle proposera bientôt un atelier de confections de fleurs et plantes en papier.

C’est sûr que Papier de soi va suivre Pauline de près avec ses créations aux formes géométriques couleurs d’arc en ciel.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés